L’inauguration à la voie passive


Le Président de la Crea, Frédéric Sanchez, accompagné du Président du Conseil régional, Nicolas Mayer-Rossignol, ainsi que du maire de Saint-Etienne du Rouvray, Hubert Wulfranc, ont inauguré ce mardi 1er juillet à Saint-Etienne-du-Rouvray la nouvelle pépinière d’entreprises Seine Ecopolis. Déjà 14 entreprises ont fait le pari de venir s’installer dans ce lieu dédié à l’éco-construction.

En l’espace de quelques minutes de présentation, l’objectif est clair pour les élus: la pépinière de Seine Ecopolis doit être le fleuron de la transition énergétique au sein de l’agglomération de Rouen dans le domaine de l’éco-construction, depuis l’architecture jusqu’à la maîtrise d’ouvrage en passant par les bureaux d’étude. La construction du bâtiment et sa fonction principale est une fierté pour le Président de la région, Nicolas Mayer-Rossignol.

Cette structure « innovante » rapelle celle qui fut mise en place en novembre dernier à Petit-Quevilly, et destinée au Numérique : Seine Innopolis. Ce projet, lancé par l’ancien président du Conseil régional, Alain Le Vern, a pour objectif de créer de l’emploi et d’opérer la transition énergétique.

Le bâtiment est composé d’un atrium, de 39 bureaux ventilés, de 11 ateliers, d’une salle de restauration, de trois espaces de reprographie. Ces locaux adaptés à des entreprises matures est une première européenne. Liés à de nombreuses spécialisations, toutes sont directement liées au développement durable. Selon Nicolas Mayer-Rossignol, il s’agit de « gagner en efficacité, ainsi qu’en lisibilité« .

Développement de la sobriété énergétique

Ayant une labellisation PassivHaus (label allemand), ce lieu va permettre aux futures entreprises d’évoluer dans un milieu idéal : une étanchéité renforcée, une consommation d’énergie quatre fois inférieure à un bâtiment standard et une utilisation optimale de l’énergie solaire.

Pouvant accueillir jusqu’à 50 entreprises, la pépinière compte déjà 14 occupants (artc’home, albedo, o2architecture, etc.) et espère en attirer deux de plus pour la rentrée à venir. Frédéric Sanchez, Président de la Créa, affirme que cette « création d’entreprise doit-être soutenue«  et cette marche en avant pour la transition énergétique montre bien qu’une « dynamique est en train de se construire« .

Le projet a coûté plus de 5 millions d’euros, apportés par la Crea, la région, l’Etat et l’ADEME.

Membres institutionnels