Le logement, facteur d'attractivité économique régionale ?

Une question au cœur des débats, il y a quelques jours, de la rencontre professionnelle organisée à Rouen par le Syndicat National des Aménageurs Lotisseurs de Normandie (SNAL), la Fédération des Promoteurs Immobiliers de Normandie (FPI), la Fédération Française du Bâtiment de Haute-Normandie (FFB) et l’Union des Maisons Françaises de Haute-Normandie (UMF).

Inédit en région, cet événement témoigne de la volonté des différents acteurs de la filière logement de se rapprocher des élus, pour prendre leur part dans la construction de l’attractivité de notre territoire. Dans cette optique, l’évidente et nécessaire complémentarité du secteur public et des opérateurs privés fait consensus et la plupart des intervenants a rappelé l’importance de travailler en bonne intelligence pour concilier bâti de qualité et attractivité territoriale.

Si la première table ronde traitait du secteur de la construction comme vecteur d’emploi et de formation, la seconde s’attachait à voir dans le logement, une source de création d’un cadre de vie innovant mais surtout, un facteur d’attractivité économique, tant il entre aujourd’hui dans les critères d’importance pour donner envie de venir vivre ou entreprendre sur notre territoire.

C’est particulièrement vrai pour les implantations d’entreprises, comme l’a souligné Laurence Bertho-Bedel, Déléguée Générale de Rouen Normandy Invest : « Une des missions de l’agence est d’accueillir des cadres en mobilité. Et l’on constate que leur préoccupation première est le logement, mais aussi l’assurance de trouver un cadre de vie agréable pour eux et leur famille ». Les entreprises qui cherchent à s’implanter sont plutôt à la recherche de bâtiments neufs, déjà sortis de terre. « C’est important pour un dirigeant de pouvoir se projeter. Nous avons plus de chance de le convaincre de choisir notre territoire avec un bâtiment en blanc, plutôt qu’avec un autre sur plan ! » 

De ce point de vue, le projet de l’éco quartier Luciline qui va voir le jour à un kilomètre seulement du centre ville de Rouen arrive à point nommé, comme le rappelle  Christine Rambaud, Adjointe au Maire de Rouen, en charge de l’Urbanisme : « Il faut savoir prendre des risques, faire sortir des bâtiments sans garantie de commercialisation » précise-t-elle, « ce sont des projets ambitieux comme celui-ci qui participent à l’attractivité d’un territoire ».

Luciline

Eco quartier Luciline

Mais si la construction est indispensable, la rénovation l’est au moins tout autant. Car « avant de penser à construire, il faut aussi rénover » précise Denis Merville, Président de l’Association des Maires de Seine-Maritime, témoignant de son expérience au Havre où plus de 8 000 logements restent vacants, faute de travaux nécessaires. La rénovation sert en effet au logement, mais aussi à l’entretien du patrimoine local, qui participe également à l’attractivité des territoires. Un sujet particulièrement important pour le centre-ville historique de Rouen, qui attire énormément et dont la rénovation est indispensable pour permettre de pérenniser cet attrait.

À l’heure où la réforme territoriale redistribue les compétences, entre régions, métropoles et nouvelles formes d’intercommunalités, la tenue d’un tel débat atteste de l’importance du sujet pour les acteurs publics comme privés. De bon augure pour l’avenir…

Membres institutionnels