ESIGELEC, INSA : les belles ambitions des écoles d’ingénieurs rouennaises

Évolutions de la gouvernance, fusion, projets et lauriers… En ce printemps 2016, les écoles d’ingénieurs rouennaises installées au Technopôle du Madrillet font parler d’elles, de manière dynamique et flatteuse. Tour d’horizon des actualités nourries de l’ESIGELEC et de l’INSA de Rouen.

L’ESIGELEC au 4e rang national des écoles d’ingénieurs post-bac

Présente à Rouen depuis bientôt 40 ans, l’ESIGELEC, école d’ingénieurs qui accueille près de 400 étudiants chaque année sur son campus du Madrillet, vient de recevoir une nouvelle marque de reconnaissance pour la qualité de ses cursus. Dans son palmarès annuel publié le mois dernier, le magazine L’Usine Nouvelle vient en effet de la classer à la 19e place des 107 écoles d’ingénieurs françaises, actant ainsi une progression de 14 places par rapport au classement de 2015. Mieux, en ne tenant compte que du seul classement des établissements post-bac, c’est au 4e rang que pointe l’école rouennaise. Une performance remarquable, portée notamment par le critère « international » de l’école.

ESIGELEC Rouen©Patrice Le Bris

ESIGELEC Rouen©Patrice Le Bris

L’école et son laboratoire fusionnent

C’est forte de ces lauriers que l’ESIGELEC va dans quelques jours faire évoluer sa structure, en fusionnant l’école avec l’IRSEEM, son laboratoire de recherche créé en 2001. Une nouvelle association regroupera les deux entités dans une seule et même structure, l’IRSEEM devenant un laboratoire interne de l’ESIGELEC, tandis qu’un nouveau Conseil d’administration de 19 membres sera élu à cette occasion.

Évolution de gouvernance à l’INSA de Rouen

Ce sont aussi des évolutions de gouvernance qui ont animé le printemps de l’INSA de Rouen, formateur également de 400 étudiants chaque année au Madrillet mais aussi diffuseur de culture scientifique. Son directeur, Jean-Louis Billoët, a récemment pris la direction tournante du Groupe INSA national, regroupant six écoles au total. Dans le même temps, c’est Yvon Gervaise, Directeur du laboratoire SGS Multilab – et ancien élève de l’INSCIR devenue INSA de Rouen – qui était élu vice-président de l’école.

Insa de Rouen

Insa de Rouen @Martin Flaux

Des projets à l’échelle mondiale menés à Rouen

Parallèlement à ses formations, l’INSA de Rouen continue de développer des projets de recherche qui rayonnent à l’échelle mondiale, comme par exemple le projet Perceval qui, en partenariat avec Safran et le CNRS, conçoit de nouveaux moteurs aéronautiques plus performants et respectueux de l’environnement. De même, le Centre d’innovation et d’expertise en mécanique, matériaux et énergie (CIEMME) accueillera prochainement au sein des locaux de l’INSA de Rouen, des PME souhaitant y développer leurs propres projets d’usinage, depuis la modélisation jusqu’à la production.

Former les ingénieurs de demain tout en portant les projets futurs sur lesquels ils travailleront, voilà la belle ambition des écoles d’ingénieurs rouennaises.

Membres institutionnels