Opération séduction pour les nouveaux internes du CHU de Rouen

soiree-enjoy-chu-internesIls sont un peu plus de 250 nouveaux internes à venir chaque année des quatre coins de France pour intégrer le CHU de Rouen et pour la première fois, un accueil de choix leur a été réservé il y a quelques jours. À l’initiative d’Enjoy Rouen Normandy, de nombreux partenaires s’étaient ainsi rassemblés pour leur présenter la diversité et l’étendue des leviers d’attractivité de la capitale normande, afin qu’ils en profitent pleinement voire même, s’y installent définitivement.

Concilier contraintes de l’internat et qualité de vie rouennaise

Ils étaient ainsi plus d’une centaine de nouveaux internes à avoir répondu présents à l’invitation du CHU de Rouen et d’Enjoy Rouen Normandy, dans le bel Atelier Claude Monet de l’Office de Tourisme face à la cathédrale. Officiellement accueillis par Yvon Robert, Maire de Rouen, ils ont pu pendant près de deux heures découvrir les multiples facettes de la vie pratique, culturelle ou sportive locale. Car comme le précisait d’entrée de jeu Isabelle Lesage, Directrice générale du CHU de Rouen, « les contraintes professionnelles de l’internat sont parfois dures, mais vous le découvrirez, Rouen dispose de tout ce qu’il faut pour les concilier avec une qualité de vie exceptionnelle ».

Une Welcome Box en guise de bienvenue

C’est de cette diversité d’attraits et de cette qualité de vie qu’ont successivement témoigné la Métropole Rouen Normandie, le Crédit Agricole, Now Coworking, le Rouen Hockey Elite, le Kindarena, l’Opéra de Rouen Normandie ou encore le 106. Transports, sports, culture, musique, tiers lieux professionnels et conviviaux, facilités d’investissements : autant de sujets évoqués à travers des films ou témoignages directs et utilement complétés par une « Welcome Box » offerte à tous ces nouveaux arrivants.

Étudier à Rouen aujourd’hui et s’y installer demain

S’il constitue une première, cet accueil ne répond pas seulement à un souci de convivialité mais aussi à une stratégie de plus long terme. Ces jeunes étudiants qui vont passer entre quatre et cinq années d’internat à Rouen vont, dans la foulée, démarrer une vie professionnelle en milieu hospitalier ou en installation libérale. Et à l’heure où la problématique de la raréfaction de l’offre médicale est plus que jamais posée dans certaines spécialités ou certains territoires, leur donner envie de se fixer durablement dans une métropole qui ne demande qu’à les accueillir est une démarche éminemment vertueuse. Qui pourrait demain s’étendre à un accueil du même type de la totalité des nouveaux étudiants arrivant à Rouen…

Membres institutionnels